Économie, Écologie...

« Une manoeuvre désespérée de la Fed sur le marché de l’or » (Léonard Sartoni) Posted on 13 avril 2013

Texte lu sur Olivier Demeulenaere 

Un message de Léonard Sartoni à Confucius, membre du forum-gold, qui me l’a aimablement transmis et que je reproduis bien volontiers.

« Mon cher Confucius,

Je vous écrit la mort dans l’âme après le coup de punch de vendredi. Tous les investisseurs sur ce marché doivent être sous valium en ce moment, car le sentiment était déjà catastrophique avant cette séance. Quel dérapage !

Faut-il se mettre à shorter l’or (qui corrige depuis 19 mois, lorsque le sentiment est aux abysses de la déprime) avec la foule présidée par Goldman Sachs, et acheter des actions dans un marché euphorique qui s’approche du mois fatidique de mai ?

Toutes ces grandes banques auraient-elles raison dans leur consensus baissier sur l’or ? Pourquoi Goldman Sachs est-elle si sûre d’elle au sujet de l’or depuis le mois d’octobre et pourquoi leur certitude a correspondu à des ventes sans répit sur les mines d’or depuis cette date ? Pourquoi la demande officielle de rapatriement de l’or des Allemands a-t-elle correspondu à une accélération de la tendance baissière observée sur les mines et sur l’or?

 Mon hypothèse est que la Fed n’avait plus cet or PHYSIQUEMENT, et que la seule façon de se le procurer A BAS PRIX est AUJOURD’HUI, en 2013, et pas en 2020, date de l’échéance pour la livraison. Car elle sait qu’en 2020, les prix seront beaucoup plus haut pour l’or ! Elle craint que d’autres banques centrales n’exigent également leur or et la panique de la Fed transparaît dans la détermination à produire le maximum de dégâts possible sur le marché de l’or, et le plus rapidement possible, avec l’aide de ses banques d’investissement complices, dont la fameuse Goldman Sachs, JP Morgan, HSBC et d’autres encore.

Ces banques emploient le COMEX, mais branchent sur le coup d’autres banques (hedge funds) en leur refilant le tuyau. Goldman Sachs fait déclarations publiques sur déclarations publiques en visant des objectifs le plus déprimants possible pour les investisseurs en ETFs, par exemple $1200. Elles enjoint même les investisseurs à se joindre aux ventes à découvert, quelques jours avant le coup de sabre sur les $1525, où beaucoup d’ordres de vente de protection sont placés. Un déluge de feu s’abat sur le COMEX vendredi où plus de 600t d’or papier sont vendues pour amener le prix de $1580 à $1500, sans qu’aucune nouvelle fondamentale ne le justifie. Merci Goldman pour le tuyau facile ! Une fois la panique déclenchée, plus besoin de faire quoi que ce soit, sinon racheter ses énormes positions vendeuses en profitant des volumes extraordinaires de la panique.

Je me grattais la tête depuis le mois d’octobre en suivant les séances du HUI. Je me disais à l’intérieur de moi-même : « Pas possible, c’est comme si quelqu’un avec de très grosses positions coupait court à toute reprise de la hausse de l’indice avec une détermination sans faille et des poches très profondes ». La cassure sans résistance des 370 points (qui correspondait au support des $1525 pour l’or) montrait en fait que l’or était déjà programmé à la baisse dans la tête de ces gens. Pas le moindre rebond de contre tendance, l’indice plonge avec une rectitude qui l’amène jusqu’à 300 points, dans une situation de survente et de sentiment négatif jamais vu jusqu’ici, pas même au pire de la crise de 2008! Et tout cela dans le contexte d’un marché action pour le moins qu’on puisse dire ultra complaisant! Le ratio HUI/GOLD montre bien l’extrémisme de ce différentiel d’actions à actions.

Je n’ai jamais évoqué la thèse de la manipulation du marché des mines d’or en 2008. Les liquidations étaient motivées par des besoins de liquidité des banques d’investissement et par la panique générale des investisseurs. Au moins c’était clair. Mais en ce début d’année 2013, le comportement des mines et de l’or donnent tous les signes d’une manipulation coordonnée de la Fed et de banques complices. La cupidité des banques a oeuvré sur le marché des mines d’or, car elles étaient déjà au courant de ce qui allait se passer sur le marché de l’or. Pourquoi se priver de profits faciles ?

Manipulation ou pas, la question essentielle pour nous est « Que va t-il se passer ensuite? ». Toutes ces positions à découvert vont devoir être rachetées, autant sur les mines que sur l’or. Le niveau des hedge funds short sur l’or est juste hallucinant. On peut parier que Goldman Sachs sera le premier à encaisser ses profits. Comme les mines ont trahi leur activité longtemps à l’avance, c’est de ce côté-là qu’il faut regarder. Le HUI est revenu à un niveau qui avait été atteint la première fois lorsque l’or ne valait que… $500!! C’est proprement ridicule. Les valorisations de mines comme Barrick Gold sont historiquement absurdes.

On peut penser que le gros du lessivage des mains faibles en ETFs a été fait, car les investisseurs qui ont pris des positions sur l’or sont avant tout concernés par leur sécurité financière et utilisent cet or comme une assurance incendie. Va t-on se débarrasser de son assurance parce que sa prime a baissé ? Non. La cassure des $1525 va opérer comme un lessivage ultime des mains faibles et suiveurs de tendance. D’autres ventes peuvent encore se produire ces prochains jours, mais une fois ces ventes de physique absorbées, un assèchement du marché est à craindre pour ceux qui restent short. L’or devenant introuvable, le prix ne pourra que repasser au-dessus des $1525 comme indiqué sur le graphique. Après tout, ne sommes-nous pas déjà proches de la cible de $1450 avancée par Goldman pour la fin de l’année ? Puisqu’ils semblent mieux en savoir que nous au sujet de cette correction, faisons-leur confiance pour cette cible. Ensuite, le marché du physique prendra sa revanche. Mais il faut reconnaître qu’avec leur puissance de feu, leur opération de rachat d’or physique s’est déroulé comme sur des roulettes. Le problème : on ne peut détrousser les mains faibles qu’une seule fois! Mais de gros dégâts techniques ont été faits et tous les techniciens regardent effrayés vers le bas en ce moment même, comme en 2008 avec la correction de 30% sur l’or.

Avec tous les risques qui pèsent sur le système financier et la hauteur vertigineuse des actions, le marché de l’or sera vite rejoint par ses fondamentaux porteurs. L’image de valeur refuge de l’or a été mise à mal ces derniers mois, pour le plus grand bonheur de la Fed et des imprimeurs de papier monnaie à l’échelle mondiale, mais vous ne pouvez pas déraciner si facilement de l’inconscient collectif le réflexe de fuite vers l’or lorsque les choses commenceront à se gâter.

Si, comme je le pense, nous avons affaire à une intervention (désespérée) coordonnée de banques sur le marché de l’or, alors cette intervention sera de courte durée. On ne peut pas prendre le contrôle d’un marché très longtemps. Les forces naturelles sont plus fortes. Après la sortie des suiveurs de tendance, la demande en or physique à ces niveaux va être boostée par les acteurs traditionnels en Asie qui ne vont y voir que l’occasion d’acheter plus pour leur argent. D’autres banques centrales peuvent aussi en profiter. Dès que la Fed aura remplacé son or papier par suffisamment d’or physique en provenance des ETFs et autres mains d’investisseurs paniqués, je pense que le ressort va violemment se détendre dans l’autre sens.

Une autre hypothèse que l’on entend beaucoup, c’est une correction de milieu de cycle, comme en 1975-1976, pour une raison que j’ignore totalement. Et ce présent mail serait aussi toxique que les précédents pour la survie des investisseurs (qui restent) sur le marché de l’or. Pourtant, en 1975, les raisons pour l’or de corriger étaient plus nombreuses. Est-ce une anticipation d’une profonde modification des fondamentaux ? Une nouvelle période de crise déflationniste comme en 2008 ? Pourquoi alors le marché action fait-il le sourd ? Si des inquiétudes au sujet des QE sont la raison de la baisse de l’or, pourquoi alors le marché action ne s’en soucie-t-il pas, puisqu’il a aussi largement profité de ces QE? Ce découplage or-S&P500 n’a de pareil qu’en 2000 juste avant l’entrée en marché bear du S&P500.

L’explication que l’on entend, mais qui me paraît plus qu’absurde, c’est : l’économie mondiale repart et l’or va entreprendre un nouveau marché baissier de plusieurs années dans le soulagement général (toujours très gênant ce baromètre rabat-joie). Difficile à avaler pour moi. Shorter l’or et les mines d’or à ces niveaux de survente et de déprime historique me semble tout aussi difficile à imaginer. Je ne pense pas que Marc Faber me contredirait, lui qui est positionné à 30% sur l’or et qui envisageait justement d’acheter des mines d’or dans sa dernière lettre d’avril. Quant à ceux qui pensent que l’or ne peut plus remplir son rôle de valeur refuge et qu’il est liquidé pour cette raison, l’explication me semble creuse, comme le marché qui produit la nouvelle.

Aucune des raisons avancées pour expliquer la baisse de l’or ne me satisfait, même en y mettant ma meilleure volonté. Je reste convaincu que nous avons assisté à une manoeuvre désespérée de la Fed sur le marché de l’or. Cette manoeuvre a produit d’important dégâts techniques, mais si les fondamentaux sont toujours là pour l’or, ils seront surmontés aussi vite qu’en 2008.

http://kingworldnews.com/kingworldnews/ … _Gold.html

Amitiés,

Léonard Sartoni »