Fil Info,  Politique

Vénissieux – Minguettes (69). Regain de tension après la mort de Yacine : la police occupe le terrain jour et nuit

Depuis samedi, plus de cent policiers en civil et en tenue quadrillent chaque nuit un quartier sous tension où les violences urbaines se multiplient.

Depuis la mort le 13 octobre, d’un jeune homme de 20 ans, tué d’un coup de couteau, les poussées de fièvre ne faiblissent pas : le bilan de la nuit de mardi à mercredi s’élève encore à six voitures brûlées, certaines par propagation, des poubelles incendiées, des policiers cibles de jets de pierres et/ou de bouteilles, bus caillassés détournés de leur voie, et quatre personnes, dont trois jeunes femmes, interpellées puis placées en garde à vue.blockquote>

Depuis samedi soir, et chaque nuit, une demi-compagnie de CRS patrouille en permanence dans le quartier des Minguettes, tandis que des effectifs de la brigade anticriminalité, des compagnies départementales d’intervention et des unités locales assurent une présence constante. « L’enquête sur le meurtre de Yacine a été confiée à la direction interrégionale de la police judiciaire assistée, dans des missions de sécurité publique, par les effectifs de la DDSP du Rhône », tient à rappeler Albert Doutre dont les hommes, samedi dernier, ont assuré la protection des enquêteurs venus faire les constatations et des secours qui ont transporté à l’hôpital l’auteur présumé du coup de couteau mortel. Face à une centaine d’habitants hostiles et agressifs qui voulaient s’en prendre au meurtrier présumés, les forces de l’ordre avaient lancé à la main des grenades lacrymogènes et utilisé leur flash ball. Arme également utilisée dans la nuit du 15 au 16 pour disperser les lanceurs de projectiles.

Le Progrès