Économie, Écologie...,  Politique

Vienne (38): du détergent déversé dans une cuve de yaourt d’une usine Yoplait

La prochaine grosse menace?: des terroristes infiltrés dans nos usines… deux ou trois fichés S chez Véolia pourraient intoxiquer une ville entière.

Dans cette affaire comme dans d’autres ( comme AZF par exemple) l’hypothèse de l’empoisonnement a été écartée avant même que l’enquête ne débute,  et pourtant voici quelques liens qui nous donnent à réfléchir:
L’Etat Islamique invite ses loups solitaires à empoisonner la nourriture
Italie : un djihadiste marocain voulait empoisonner le réseau d’eau potable à Rome
Espagne : Arrestation d’un islamiste soupçonné d’avoir voulu empoisonner le réseau d’eau
Grèce: les supermarchés retirent tous les produits potentiellement empoisonnés par des éco-terroristes
Nouvelle-Zélande : Des « écoterroristes » menacent d’empoisonner du lait pour bébé


Plusieurs bidons de détergent vides ont été retrouvés au pied d’une cuve de yahourt à l’usine Yoplait de Vienne, dans l’Isère.

Le parquet de Vienne (Isère) a ouvert une enquête après la découverte de plusieurs bidons de détergent vides au pied d’une cuve de yaourt d’une usine Yoplait située au nord de la ville, a-t-on appris samedi auprès du parquet de Vienne.

Cette ouverture d’enquête fait suite à une plainte pour « dégradation volontaire » déposée mardi par la direction de l’usine. Cette dernière avait été alertée par un employé qui avait constaté une odeur suspecte dans l’une des cuves de la production.

Le yahourt « n’est pas sorti de l’usine »
Selon les premiers éléments de l’enquête, qui a été confiée à la direction de la police judiciaire de Lyon, plusieurs bidons de détergent vides ont également été retrouvés au pied de l’une des cuves de l’usine. Selon France Bleu Isère, la direction a fait stopper la production et fait constater l’anomalie par un huissier avant de porter plainte.

« Des analyses sont en cours, mais il semblerait qu’il s’agisse de détergent. Reste à savoir si le produit a été versé de façon délibérée. En l’état, il n’y a aucun danger pour le consommateur car le yaourt n’est pas sorti de l’usine », a précisé le procureur de la République de Vienne Jérôme Bourrier. Le magistrat a écarté l’hypothèse d’une tentative d’empoisonnement.

De son côté, la direction de l’usine a fait savoir au micro de France Bleu Isère que « le yaourt a été entièrement détruit le jour-même ». Elle se refuse depuis à tout commentaire.

BFM TV

Prêchi Prêcha radio Prêchi Prêcha radio
LIVE OFFLINE