Économie, Écologie...

Zone euro: dette publique de 90% du PIB

En zone euro, la dette publique de plusieurs États est devenue hors de contrôle. En ce qui concerne la France, la situation est catastrophique. Et rien ne nous permet d’espérer la moindre amélioration : l’euro n’a jamais été aussi fort (1,34) et nous empruntons à nouveaux à des taux positifs. Au lieu d’avoir le courage de mettre un frein à cette folie, les socialistes vont vous tondre comme jamais la droite n’aurait osé le faire. Et dire qu’il y a des électeurs qui ont cru que Hollande allait séparer les banques d’affaires et les banque de dépôts, qu’il allait retrouver la croissance, qu’il ne signerait pas le traité de stabilité budgétaire, qu’il ne mettrait pas en place une TVA sociale… ha,ha,ha…. ils sont impayables les gogos de gauche….. dans quelques jours les socialistes demanderons aux français d’abandonner leurs retraites, le SMIC, le CDI et obligerons tout le monde à bosser pour un bol de riz…. et vous savez quoi ? ils trouverons des gogos pour leur dire merci. Ce pays s’enfonce dans l’aliénation.
Les « plans de sauvetage » ont échoué. Mais ils ont permis de faire croire aux peuples que tout était sous contrôle. En Grèce le premier défaut de paiement avait effacé 107 milliards d’euros de dettes. Or celle-ci continue à augmenter et dans quelques mois elle va de nouveau se déclarer en défaut de paiement. Que va-t-on faire quand l’Espagne va elle aussi se déclarer en défaut ? Et la France c’est pour quand la chute finale ?… tout est une question de temps… mais soyez certain que nous allons payer… cher, très cher.

– – – – – – – – – – – – – – –

La dette publique de la zone euro a atteint 90% du PIB au troisième trimestre contre 89,9% à la fin du deuxième trimestre, selon les données publiées mercredi par l’office européen des statistiques Eurostat. En valeur absolue, et non plus en pourcentage du PIB, la dette publique de la zone euro s’élève à 8.524.231 millions d’euros, selon Eurostat.
A la fin du troisième trimestre, les titres autres que les actions ont représenté 78,9% de la dette publique de la zone euro, les crédits ont compté pour 18,3%, le numéraire et les dépôts pour 2,8%.

Par pays, les ratios de la dette publique par rapport au PIB les plus élevés ont été observés, sans surprise, en Grèce (152,6%), en Italie (127,3%), au Portugal (120,3%) et en Irlande (117%). A noter également, la Belgique affiche une dette publique représentant 101,6% du PIB.

C’est en Estonie (9,6%) et au Luxembourg (20,9%) que la dette publique est la plus faible en zone euro, au troisième trimestre.Dans l’ensemble de l’Union européenne, la dette publique est passée à 85,1% au troisième trimestre contre 85,0% sur les trois mois précédents.